Aspect technique de l’orgue existant

Construit par le facteur Joseph MERKLIN et adapté au temple de Maguelone en 1893, il a été relevé par Maurice PUGET en 1939, 1945 puis 1959. Léopold TROSSEILLE et Bertyl SOUTOUL  l’ont encore restauré en 1975, avec le remplacement de tuyaux de zinc et de plomb, l’augmentation de la fourniture du GO de II à IV rangs, ainsi que l’ajout d’un jeu de tierce au récit.

Le buffet est à un seul corps, constitué de trois plate-faces sans tourelles et utilisant quelques éléments décoratifs de style néo-gothique, surtout dans sa partie supérieure. Le meuble est très en avant sur la tribune pour des raisons d’acoustique, la console est placée à l’arrière. La façade actuellement en mauvais état comprenait à l’origine 7 + 7 + 7 tuyaux.

COMPOSITION :

1er clavier : Grand-Orgue expressif                         2ème clavier : Récit expressif

56 notes (Ut 1 à Sol 5)                                               56 notes (Ut 1 à Sol V)

Bourdon 16                                                                  Cor de nuit 8

Montre 8                                                                      Gambe 8

Bourdon 8                                                                    Voix céleste 8 (Ut 2)

Prestant 4                                                                    Flute 4

Doublette2                                                                  Nazard 2 2/3

Fourniture IV rangs                                                    Octavin 2

Tierce 1 1/3

Pédalier : à l’allemande                                            Trompette 8

27 notes (Ut 1 à ré 3)

Soubasse 16 (emprunt du Bourdon 16 du GO)

Accouplements : Réc/GO

Tirasses : Tir. GO, Tir. Réc.

Expression : Récit par pédale à bascule interne,  au dessus du pédalier et à droite. Les jeux de Montre et de Prestant sont hors boîte.

Trémolo, crescendo, pédale d’appel de fourniture

La console est à l’arrière de l’instrument, en fenêtre.

Traction des claviers : mécanique à balanciers.
Traction des jeux : mécanique avec tirants de registres

Tuyauterie : d’origine et pavillonnée, sauf les ajouts postérieurs de facture industrielle et coupés au ton.

Sommiers : un sommier diatonique en chêne à double laye, à gravures et registres coulissants. La tierce est sur le flanc du sommier.

Alimentation du vent : ventilateur et un réservoir à plis parallèles dans le soubassement ;

Acoustique généreuse du temple.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *